LA PLAYLIST ELABETH

"La" Playlist à écouter en mode "shuffle" ! Cliquez ci-dessous... Le player s'ouvre en mode "popup" ainsi vous pouvez écouter de la musique tout en continuant à naviguer. Cliquez ci-dessous... (Tous les titres de cette playlist sont disponibles au téléchargement gratuit via le menu "Bonus mp3" ou en passant par l'onglet "Télécharger" présent dans chaque album).
Player Elabeth

The Interval (CD) Agrandir

The Interval (CD)

Richard Raux -

℗ & © 2000 - ELA 621033

Plus de détails

ELA 621033

Disponibilité : en stock !

Musics

01 - Bo Blues (Téléchargeable via l'onglet "Télécharger")
02 - Train D.W
03 - This Nearly Was Mine
04 - Little Sam's Blues
05 - Witchitiato
06 - Concept Ville
07 - Blues For Bags
08 - I Cover The Waterfront
09 - Serail Seriel
10 - The Song Is You

Richard Raux : Saxophone, Flûte
Olivier Hutman : Piano
Wayne Dockery : Basse
Charles "Lolo" Bellonzi : Batterie

Produit par Didier Drussant
Enregistré le 6 et 7 Mars 2000 au Studio du Petit Pont par Didier Drussant
Assistant : Bruno Enriquez
Masterisé par David Drussant
Photo de Couverture : Lionel Barbe
Design : Pierre-Yves Roudy

________________________________________________________________________

PREFACE DU CD:

Choisir le jazz comme forme d'expression c'est choisir la liberté ; la liberté certes, mais avec la tradition, l'héritage du blues, du swing et du bop, tout en cherchant à découvrir de nouvelles voies(c.f Coltrane).
Le mouvement "bop" et Charlie Parker en particulier resteront sans doute dans l'histoire comme un sommet dans l'art de l'improvisation.
Le "soul " d'un traduit et fait naître des émotions chez l'auditeur "s'il n'y a pas de swing, ça ne veut rien dire ", la parole d'Ellington reste aujourd'hui plus que jamais une vérité première, car dans le jazz c'est par le rythme que le public doit avant tout être bougé.
L'audience doit ressentir la musique et participer car le jazz est une fête, une célébration de la vie et aussi la principale forme d'art musical du siècle.
C'est pourquoi j'y consacre ma vie !

Pour ce disque, j'ai eu la chance de pouvoir réunir une excellente section rythmique : Olivier Hutman, ce fantastique pianiste est d'abord un ami, il joue avec beaucoup de soul c'est aussi un trés bon compositeur (cf Little Sam's blues).
Wayne Dockery : un son gros comme une maison. Il a joué avec un nombre impressionnant de "grands" ; il nous fait ici la surprise et l'amitié de chanter Wichitaito en dialecte indien ...
Lolo Bellonzi : c'est l'un des plus performant batteurs actuels, le drive, le swing, et c'est un trés grand "pro". Je garderai un souvenir de ces séances. Jéspère que vous ressentirez la même émotion à l'écoute de ces plages.

remerciements à :
Ma femme Helena pour son soutien constant, Wayne, Lolo, Olivier pour ses pécieux conseils en plus de ses soli inspirés, Christian Kaloupchi de RIM SHOT, Jean Pierre Chedal, les fréres Blanc, Olivier Thome, Patrick Coeffiere, Eric Fontanier, et Haude Desequel de l'ARBUCCI, les anches GLOTIN, les sax SELMER, PUZZLE, ECLA, Pascal Bivalski, Daniel Thenadey, Phil Woods, Georges Russel, Dany, Didier et tous les amis qui m'encouragent quotidiennement.

________________________________________________________________________


ARTICLES DE PRESSE :

Richard Raux nous dit: « Choisir le jazz comme forme d'expression c'est choisir la liberté: la liberté certes, mais avec la tradition, l'héritage du blues du swing et du bop, tout en cherchant à découvrir de nouvelles voies. » Contrat parfaitement rempli comme en témoigne ce fort bon CD.
Il y a des choses curieuses comme ce chant en dialecte indien Créé par Dockery qui est un bassiste adepte du gros son et du jeu mélodique, sobre. Il chante aussi à l'unisson mais d'une façon différente de Slam Stewart. Lui, c'est plus comme s'il le faisait pour lui, pour suivre l'inspiration mélodique.
Raux serait assez dans la lignée des saxes ellingtoniens avec un phrasé issu du bebop. A la flûte il est plutôt du côté de Jeremy Steig. Ecoutez « Blues for Bags », révélateur de toutes les facettes de ce groupe absolument cohérent.
Lolo Bellonzi est un batteur tout ce qu'il y a de parfait, admirable aux balais, c'est comme une caresse qui vous enveloppe les neurones. Hutman est un pianiste de la lumière et du chant.
Voilà une musique de la joie de vivre, une musique au lyrisme
solaire, du jazz qui raconte son histoire, une musique à écouter avec tout le corps.

Serge Baudot

Coucou, revoilà Raux car ce saxophoniste est un garçon de talent, possédant l'amour du jazz, et s'étant exprimé toujours avec passion à travers toutes les époques traversées. Il est donc en compagnie de trois fines lames: Olivier Hutman (pianiste des plus raffinés et remarquable sideman), Wayne Dockery (contrebassiste au son gros comme une maison comme le dit Richard) et notre grand batteur Lolo Bellonzi (toujours aussi affûté). Quant à Raux aussi bien au ténor qu'à la flûte, il est étonnant, tendre, brûlant, envoûtant, swinguant. rami signe là avec ses copains un disque plein de saveurs qui donne au Jazz sa dimension et sa vérité. Un pur joyau qu'il faut absolument acquérir.

 

Si le jazz est mort, n'ayons pas d'arrière-pensées : bouffons joyeusement son cadavre, comme le font ici le saxophoniste Richard Raux et ses compagnons, Olivier Hutman, Wayne Dockery et Charles "Lolo" Bellonzi.
Richard Raux, bien que scandaleusement absent du "Dictionnaire du Jazz", s'est fait un solide métier au cours des trente dernières années, allant de Magma à Sunny Murray en passant par Mal Waldron et ses propres projets. Avec un son musclé, plus terrien qu'aérien et un appétit certain pour arpenter ardemment les grilles, c'est un instrumentiste solide et franc. Il connaît toutes les ficelles du jazz de la grande tradition swinguante et démontre d'un bout à l'autre de "The Interval" son affinité pour le blues, à la fois dans des morceaux blues proprement dits comme "Bo Blues" ou "Blues for Bags" et, ailleurs, dans sa façon de tourner une ligne improvisée et son sens développé du swing.
Ce qui ne veut pas dire qu'il ne maîtrise pas les harmonies plus ardues que le blues. Derrière "Train D.W." on devine les pas géants de John Coltrane. "Concept Ville" et "Sérail Seriel" sont tous les deux directement inspirés de Monk. "Witchi-Tai-To", anthème jazz-baba du défunt jazzman amérindien Jim Pepper, apparaît dans une belle version avec le chant de Wayne Dockery comme cerise sur le gâteau. Trois standards sont là pour le pur plaisir, et on aurait tort de s'en priver : "This Was Almost Mine," de Richard Rodgers, "I Cover the Waterfront", et "The Song Is You".
Hutman, Dockery et Bellonzi font plus que de l'accompagnement, négociant des arrangements qui éveillent toujours l'intérêt. Ecoutez par exemple Hutman sur "Train D.W." quand il prend son solo en contre-courant rythmique de ses partenaires, le malin - il évoque un passager qui marche vers l'arrière alors que le train fonce vers l'avant ! Et le solo de Dockery sur "Blues for Bags" et l'assise sans faille de Bellonzi... "The Interval" est tout simplement excellent - du beau travail et du jeu passionné.

Tom Storer

Le saxophoniste Richard Raux, trop longtemps absent des studios vient de signer à 55 ans, le ~jus bel album de sa maturité. Ce musicien malgache, connu à la Réunion, appartient depuis longtemps à la fine fleur du jazz de la Grande lie, en compagnie de l'illustre famille Rabesoh (Jeannot et Tony). Entre Rollins et ' CoLtrane, . Richard Raux pratique un jeu ardent, sans violence ni agressivité, plus proche du Hal que de la NéoFusion ! Parfaitement à l'aise sur tempos vifs, ("Little Sam Blues", "Concert Ville", "Serail Seriel" ou le célèbre standard de Jérôme Kern "The song is you") il se montre également inspiré dans la ballade : lyrique sans emphase ni mièvrerie, il s'abandonne dans "The nearly was mine", l'un des meilleurs titres de l'album qui en comporte une dizaine, dont 5 compositions du leader. Plus émouvant encore, l'hommage qu'il rend au vibraphoniste Milt Jackson ("Blues for bags"). Olivier Hutman au piano et "Lolo" Bellonzi à la batterie donnent la réplique au soufflant malgache. Tàche facile pour ces jazzmen de très haut niveau qui partagent sa sensibilité, sa joie d'improviser et la même conception du swing. On appréciera l'élégance, l'invention et la clarté du premier. Quant au second, derrière ses tambours et ses cymbales qu'il frappe et fouette depuis près de quatre décennies, il s'affirme une fois encore comme le plus complet et le plus subtil de tous les percussionnistes-mélodistes français. Voilà bien un excellent disque de rentrée.
Dr Jazz

Thank goodness! Looking for unadulterated joy and good times? Well, step right up. I admit my ignorance as to the history of saxophonist/flautist Raux. I assume he's a French national; the session was recorded in France this past year and the liner notes are in two laquages. I do know now that he is a tenor player with a sound that is warmiy affable and outgoing, not unlike Flip Phillips, whose style invites the listener in by putting us at ease. He also switches off to soprano sax on occasion.
The rhythm section establishes and maintains a down-home feel from start to finish. The opening track is a throwback to Cannonball's "Work Song" while "Train D.W." uses the chord progression from "Giant Steps" with alternating rhythm patterns - one Latin, the other straight Jazz - in a 6/8 meter. I cover "The Waterfront" brings to mind Eddie Harris, Zoot Sims, and a few other deceased titans of tenor. Fact is they wore all lovely players in their own right, and I would include Raux in their Company. On "Blues for Bags" the flute work is lusty and full-throated, while bassist Wayne Dockery takes an extended solo that is a model of, blues expression within the Jazz idiom (and isn't that what Milt Jackson was all about for so many decades?).
Pianist Hutman and drummer Bellonzi are both integral ingredients - they are deceptively easygoing but enthusiastic. There are only two minor let downs. "Concept Ville" and "Witchitiato" are both expendable. But as any relief pitcher will tell you, 8 and 2 ain't bad, and a pleasing relief this does provide. A spirited, soulful session!

Charles Winokoor

Accédez à notre chaine Youtube
Youtube

Donner votre avis

The Interval (CD)

The Interval (CD)

Richard Raux -

℗ & © 2000 - ELA 621033

Donner votre avis